Pourquoi batubinsika joue moins depuis l’arrivée de Dall’Oglio ?

L’AS Saint-Étienne traverse une période de transitions et d’ajustements, notamment sur le plan tactique et du choix des joueurs.

Un pilier sous Laurent Batlles

Dylan Batubinsika, avant l’arrivée d’Olivier Dall’Oglio, était perçu comme une pièce maîtresse de la défense stéphanoise. Sous la houlette de Laurent Batlles, Batubinsika avait acquis un statut indéniable de titulaire, fort de performances qui avaient contribué à renforcer le secteur défensif des Verts. Sa capacité à relancer proprement et son engagement physique étaient autant d’atouts qui, chaque week-end, justifiaient sa présence sur la pelouse.

Laurent Batlles, lors de son mandat, avait bâti une défense axée sur la complémentarité de ses centraux, une stratégie dans laquelle Batubinsika trouvait un écho favorable. Son entente avec ses coéquipiers et sa compréhension des schémas tactiques mis en place perpétuaient l’idée qu’il était un élément central, se voyant confier la lourde tâche de freiner les assauts adverses et de veiller à la stabilité défensive du groupe.

L’avènement d’Olivier Dall’Oglio

Le vent a tourné pour Batubinsika avec l’arrivée aux commandes de l’équipe d’Olivier Dall’Oglio. Avec lui, un nouveau projet s’est amorcé, ce qui implique souvent des révisions dans le choix des hommes. Dall’Oglio est connu pour son approche qui favorise le dynamisme et l’audace, ce qui peut parfois se traduire par des changements drastiques dans la composition de l’équipe. Le temps de jeu de Batubinsika, qui était autrefois une évidence, est devenu une variable ajustée en fonction des nécessités tactiques du nouveau technicien et de la synergie qu’il cherche à instaurer au sein de l’équipe.

  Dall'Oglio encense le travailleur acharné Irvin Cardona !

La concurrence et l’absence pour la CAN

La concurrence au sein de l’ASSE, notamment en défense centrale, est un facteur déterminant dans la gestion du temps de jeu de Batubinsika. Sa mise en retrait coïncide avec l’émergence de Saïdou Sow et surtout la montée en puissance d’Harold Moukoudi, deux joueurs qui ont su saisir leur chance et répondre présent aux exigences du nouvel entraîneur. On ne saurait également passer sous silence la bonne forme de Mickaël Nadé, dont les performances solides en défense ne jouent pas en faveur d’un retour de Batubinsika dans l’axe central. En outre, la participation de Batubinsika à la Coupe d’Afrique des Nations en janvier lui a fait manquer des entraînements et des matchs cruciaux, ce qui a offert une opportunité à ses concurrents pour s’illustrer et gagner des points auprès du staff technique. Malheureusement pour lui, cette situation l’a contraint à observer le jeu depuis le banc lors des trois derniers matches, une position qui est loin de refléter son talent et son potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *