St Étienne – Concarneau : le bref succès des Verts célébré au Chaudron

Célébration et competition étaient au rendez-vous au mythique Chaudron pour les 90 ans du vénérable ASSE.

90 ans de passion au cœur du Forez

Un air de fête soufflait sur Geoffroy-Guichard tandis que les supporters de l’AS Saint-Étienne réunissaient leurs voix pour célébrer le 90e anniversaire de leur club. De la traditionnelle Marseillaise aux chants spécialement composés pour l’occasion, chaque tribune vibrante résonnait d’histoires racontées par des générations. C’étaient les vrais valentours du peuple vert qui se faisaient entendre, ces hommes et femmes pour qui les épopées des verts restent à jamais gravées dans les mémoires.

Plusieurs groupes de supporters, de la Kop Nord à la tribune Charles Paret, ont orchestré cet événement, qui s’est transformé en une gigantesque communion. Les tifos et les banderoles affichaient des messages d’amour et de fidélité à leur club, revenant sur les hauts faits de l’histoire de l’ASSE et invitant à rêver à de futures victoires. Telle une forêt émeraude, le Chaudron s’est paré de vert et blanc pour une soirée qui restera à jamais inscrite dans le grand livre du club.

Un but rapide signé Nadé

Dès les premières minutes, le match contre Concarneau prenait une tournure favorable pour les Verts. Sous les acclamations d’un stade bourdonnant d’excitation, c’est Harold Nadé, en digne représentant de l’esprit offensif de l’équipe, qui a débloqué le score. Après une belle action collective, Nadé s’est trouvé idéalement placé pour propulser le cuir au fond des filets. Un but précoce qui a immédiatement galvanisé les supporters et mis l’équipe sur de bons rails pour le reste de la confrontation.

  Olivier Dall'Oglio encourage les Verts à se distancier des tactiques de jeu de Laurent Batlles avant le match contre l'USL Dunkerque

Un avantage préservé mais pas amplifié

Bien que l’AS Saint-Étienne ait maintenu son avance tout au long du match, les occasions de « faire le break » se sont multipliées sans jamais aboutir. Les Verts ont dominé dans le jeu, mais le réalisme faisait défaut devant le but adverse. La défense concarnoise, acculée mais solide, a su résister aux multiples assauts stéphanois. Des frappes puissantes, des enchaînements techniques et des centres précis : rien n’y faisait, le second but se dérobait sans cesse. Les Verts terminent ainsi avec une victoire étriquée, ce qui n’a toutefois pas gâché la fête dans les tribunes où l’esprit de résilience de l’ASSE a été plus que jamais salué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *